Retour sur Herault.fr

Imaginons ensemble la route durable, St Gély du Fesc-Bel Air

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Nouveau Projet
  3. Une exigence, réaliser une route durable
  • Augmenter la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cette page
  • Enregistrer la page au format PDF (maximum 1,5 Méga-octets)
  • Envoyer cette page à un ami
  • Partager sur Google plus (lien externe)

Une exigence, réaliser une route durable

Qu’est-ce que la démarche "route durable" ?  

Le Département met en œuvre une vaste démarche de "management durable des activités routières" visant à consolider l'approche "développement durable" pour l'ensemble des métiers concernés : grands chantiers, opérations d'entretien ou missions liées au maintien de la viabilité. Le but recherché est de satisfaire les besoins de déplacements de tous les usagers, de façon fiable et sécurisée, dans le respect des territoires traversés en développant autant que possible les dimensions de confort, d'agrément et, pour certains itinéraires, de voyage.

Respectueuses de l’environnement, les routes durables favorisent les modes de transport alternatifs (modes doux, transport en commun, covoiturage,…) tout en demeurant des moteurs de développement économique et social du département. De leur conception à leur mise en service, plusieurs aspects sont pris en compte. Ce sont des projets :

  • adaptés aux besoins de déplacements ;
  • moins énergivores, autosuffisants et maîtrisant les déchets ;
  • dont les aménagements préservent les paysages, les ressources en eau, la biodiversité ;
  • dans lesquels sont prévues des protections des nuisances sonores ;
  • comprenant autant que de besoin des aménagements en faveur des modes de transports doux.

Quelles actions en faveur du développement durable?

Lors de la construction du tronçon entre St-Gély-du-Fesc et Bel Air,  plusieurs actions seront menées au service de la préservation de la planète et de ses grands équilibres.

Par exemple :

  • pour éviter les nuisances liées au transport routier, il sera recherché le réemploi maximal sur place des centaines de milliers de mètres cubes de terre et de roches extraits pour le terrassement;
  • des matériaux enrobés à faible température seront préférés pour la réalisation des couches terminales de chaussées. Objectifs : 25% de réduction des émissions de CO2 et une économie d'énergie de 20%.

Aussi, le Département de l’Hérault poursuit son engagement pour le développement durable en inscrivant la conception et la construction des nouvelles sections du LIEN dans une démarche exemplaire de « route durable » déjà mise en œuvre par exemple pour la réalisation de la section entre Assas et St Gély-du-Fesc.

Préserver le cadre de vie

  • une circulation apaisée avec une vitesse limitée à 90 km/h ;
  • un tracé issu d’une longue concertation ;
  • la mise en place de protections acoustiques pour minimiser les nuisances sonores ;
  • la création de nombreux ouvrages de rétablissements pour les usages locaux (chemins pédestres, vélos, défense incendie, véhicules agricoles…) ;

 Bien s’intégrer dans les paysages

  • des talus adoucis pour améliorer l’insertion dans le site, et des modelages paysagers  en réutilisant les matériaux excédentaires ;
  • un traitement des formes des talus rocheux ;
  • un programme ambitieux de reboisement pour accélérer la cicatrisation des espaces traversés ;
  • un traitement architectural soigné des ouvrages d’art et des équipements routiers ;
  • un dispositif volontariste d’accompagnement pour les communes, avec la mise en place d’une « charte paysagère du LIEN ».

Respecter le cycle de l’eau

  • réalisation dans les zones sensibles de fossés étanches et de bassins de dépollution pour préserver les captages d’eau potable ;
  • conservation des transparences hydrauliques  et création de bassins d’orages pour limiter les risques d’inondations;
  • fossés étanches dans les zones sensibles.

Maintenir la qualité de l’air

  • déploiement d’un dispositif de suivi de la qualité de l’air le long du tracé ;
  • utilisation de techniques innovantes de construction pour diminuer la production des gaz à effet de serre.

Protéger la flore

  • préservation de la végétation remarquable, et la conservation de sa dynamique actuelle ;
  • revégétalisation des dépendances routières ;
  • acquisition de nouveaux espaces naturels au titre des mesures compensatoires si nécessaire.

Protéger la faune

  • limiter les perturbations avec un calendrier de réalisation des travaux adapté ;
  • baliser les zones d’habitats sensibles et restaurer des milieux favorables ;
  • aménager des passages pour la faune.
  • mettre en place des clôtures dans le secteurs de traversées d’animaux sauvages.

Haut de page

Réalisation : Stratis